• 20 chefs d’Etat en week-end à Pittsburgh…

    20 chefs d’Etat en week-end à Pittsburgh…

     

     

    Le prochain sommet du G20 s'ouvre les 24 et 25 septembre 2009 à Pittsburgh, faisant suite au sommet de Londres d'avril 2009.

     

    Les dirigeants des 20 pays les plus importants et influents vont tenter de trouver des solutions pour réglementer les marchés financiers. Ils espèrent ainsi corriger les imperfections d’un système économique, que c’est mêmes états ont par le passé encouragé.

     

    En effet, il y a de cela quelques années certains de ceux, qui voudraient aujourd‘hui nous faire croire qu’ils ont enfin la solution, n’avait de cesse de clamer leur soutien à une mondialisation arguant qu’il fallait laisser les marchés et l’économie mondiale s’autoréguler !!!

     

    Résultat de cette mondialisation basé sur un néo-libéralisme à faire pâlir Adam Smith, une crise financière sans précédent a secoué la planète et touché tous les pays.

    Et nous ne sommes qu’au début de ce que seront les conséquences de cette situation, que les grands Etats présents, ce week-end à Pittsburgh,  ont laissé naître et éclater fin 2008 !

     

    Face à la gravité de cette crise, on peut se demander si ce sommet va enfin apporter des solutions solides et concrètes pour répondre aux besoins des citoyens du monde, victime directe de ce marasme économique.

     

    Déjà de nombreux économistes s’interrogent et doutent sur la capacité du G20 à prendre de grandes décisions ! En effet, nombreux sont les dirigeants présents qui ne souhaitent pas de véritables changements dans ce système économique imparfait.

     

    Alors des « mesurettes » sont annoncées par voie de presse, de télévision pour rassurer la population. On camoufle les imperfections sans chercher à corriger vraiment !

    Mais surtout, sans réelles décisions, le monde entier court le risque de vivre à nouveau à l’avenir, une autre crise économique, avec toutes les conséquences pour les hommes et les femmes de ce monde.

     

    Nos chers Présidents présents à ce sommet ont annoncé à plusieurs reprises qu’ils cherchaient un « compromis raisonnable » ! Cela signifie bien qu’aucunes grandes décisions ne se fera à l’issu de ce sommet ! D’ailleurs déjà certaines pratiques condamnées au début de l’année 2009, recommencent dans certains milieux financiers !

     

    Cette crise, contrairement à ce que certains veulent nous faire croire est bien loin d’être terminé. Dans les mois à venir, le chômage va continuer de progresser touchant de plein fouet de nombreux ménages. Les Etats vont aussi se servir de ce prétexte de crise économique pour se désengager de plus en plus dans de nombreux domaines…

     

    Mais on parle et on évoque beaucoup la situation des citoyens dans les pays industrialisés et riches, mais jamais n’est évoqué la situation des hommes, des femmes et des enfants dans les pays qui avaient déjà de grandes difficultés à s’insérer dans ce « ballet » de la mondialisation ultralibérale imposée au Monde !

     

    D’ailleurs on peut se demander, puisque l’ensemble des pays est touché par cette récession économique, pourquoi seulement 20 pays ont le droit et la possibilité de proposer et de participer à l’élaboration d’une solution commune!

     

    Le G20 reste à mes yeux une institution de fait qui n’a aucune légitimité au regard des institutions internationales comme l’O.N.U. qui avec son Assemblée Générale a des représentants de chaque état, de chaque Nation de notre planète !

     

    Pourquoi cette question de mieux réguler et réglementer les pratiques financières et économiques ne s’est-elle pas posée en Assemblée Générale au siège de l’O.N.U. ?

     

    Sans doute que certains des états membres du G20 auraient peu apprécié de perdre certains privilèges?

     

    Car je suis convaincu, qu’en plus des guerres traditionnelles, la guerre économique est la plus vicieuse et la plus terrible à long terme ! Et elle peut facilement se camoufler…

     

    Dans les années 60, de nombreux pays sont nés et sont devenus indépendants.

    Mais bien qu’ayant acquis une liberté de conscience, beaucoup de ces jeunes états n’avaient pas l’indépendance économique.

    Pour beaucoup d’entre eux, leur développement devait passer par de lourds investissements et donc ils ont emprunté et se sont endettés !

     

    Cette dette a ainsi permis ainsi aux états riches, qui venaient de perdre leurs colonies, de retrouver une position de supériorité.

     

    De plus, l’aide de certains pays riches aux pays en voie de développement à favoriser une forme dépendance. Et très souvent d’ailleurs, les Etats industrialisés ont favorisé le maintien de ces situations.

     

    Par exemple en offrant des machines modernes pour les usines d’un pays en difficulté, et en proposant de s’occuper de la formation des ouvriers en échanges d’avantage sur l’accès à certaines matières premières ou certains minerais…

     

    En France, nous avons depuis longtemps un Ministère de la coopération qui travaille avec de nombreux pays en voie de développement. Personnellement, je me demande souvent quel est le véritable objet de ces projets de coopération. En effet, je ne suis franchement pas convaincu par les résultats après tant d’années, au vue des rares progrès réalisés par les états bénéficiaires.

     

    Au lieu de privilégier le long terme et l’avenir, pour se donner bonne conscience, les pays riches ont souvent donné des médicaments, des denrées alimentaires ou du matériel. Mais dans le même temps pour préserver leurs privilèges économiques, ils ont souvent fermé les yeux sur la nature des régimes politiques en place !

     

    Malheureusement rarement des projets d’aide à l’éducation pour former les enfants et les jeunes, pour leur donner les moyens de concevoir, et de créer leur pays, de gérer et faire vivre  leur société n’ont été réalisés….Et heureusement que des associations non gouvernementales, soutenus par de nombreux citoyens, ont pu réaliser des projets avec les populations dans ces pays!

    Ainsi à l’insu des dirigeants politiques, des liens se sont tissés entre les peuples, entre les hommes. Dans les années 80, les concerts de Wembley organisés par Geldoff et d’autres artistes en est un exemple !

    Peu à peu, la notion de Citoyen de Monde a fait son chemin…

     

    Alors pourquoi est ce que seul le G20  peut instaurer des règles économiques pour l’ensemble des citoyens du monde ?

     

    20 chefs d’Etat, seulement, vont décider de l’avenir du reste de l’humanité !!!

    « Albert JACQUARD...Françoise Dolto... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :