•  

    Cher Commandant,

    Cher Ami,

     

     

    Cela fait plus de huit ans déjà que tu as été assassiné à la veille de l’attentat du 11 septembre, qui a déclenché une intervention militaire internationale dans ton pays.

     

    Aujourd’hui encore les troupes étrangères occupent et tentent d’instaurer <st1:personname productid="la Paix" w:st="on">la Paix</st1:personname>, et éliminer ceux qui tu as combattu, les Talibans ! Mais cette armée s’enlise et la guerre fait toujours partie du quotidien de tes frères afghans dans les villes, dans les vallées et les montagnes !

     

    Hier, ces mêmes pays occidentaux qui se préoccupent de ton pays aujourd’hui, n’avaient pas daigné t’écouter ! Et ils ont énormément de mal à se faire entendre et respecter par le peuple de ce pays, d’autant plus qu’ils soutiennent à la tête du pays un homme qui semble n’être qu’un pantin, indifférent à la corruption ambiante et aux souffrances du peuple afghan ! D’ailleurs tu n’as jamais eu confiance en cet homme…

     

    Depuis le début de cette intervention militaire, les français sont présents et demain ils seront encore plus nombreux à sillonner ton pays ! Mais ces hommes et ces femmes n’auront pas de livres, ni de matériel et n’enseigneront pas aux enfants afghans de Kaboul les valeurs des Droits de l’Homme. Ces français là auront des armes, des blindés car c’est l’armée française qui va être présente chez toi !

     

    Tu as combattu pour qu’un jour l’Afghanistan devienne un jour un pays libre et démocratique.

    Tu as organisé la résistance à l’occupation soviétique, en 1984 tu prends la tête du « Conseil de Surveillance » qui gère et administre 15 provinces sur les 29 de ton pays ! Et tu es un si brillant stratège que tu as été le seul à faire accepté une trêve aux soviétiques !

     

    Malheureusement la violence, les attentats font toujours rage dans les villes, et les vallées d’Afghanistan…même ta vallée du Panjshir n’est plus épargnée désormais par cette guerre civile…

     

    Parfois la nuit lorsque le vent souffle sur les sommets de la vallée du Panjshir, un rugissement de colère semble alors retentir au fond de la nuit…comme pour tenter une nouvelle fois de rassembler tes frères autour du Lion du Panjshir, pour à nouveau combattre pour la liberté !

     

    Ton fils est encore trop jeune sans doute pour poursuivre ton rêve mais c’est peut être l’une des clefs de l’Afghanistan de demain…

     

     

     

    Jean François LOUBET

     


    votre commentaire
  • « Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps. » Abraham Lincoln


    votre commentaire
  • Le Lycée (suite et fin)…

     

    C’est au cours de ces années lycées que j’ai commencé à m’engager.

    En 1986, lors de la grève lycéenne et étudiante contre le projet de loi Monory et Devaquet, je faisais parti de l’équipe de coordination de la grève…

     

    C’est aussi à cette même époque que je décidais de fondé l’association Information et Sensibilisation pour La Paix avec des amis. Nous collections des livres, des manuels scolaires et des fournitures pour les envoyer dans des pays en voie de développement comme la République de Guinée, le Bénin, le Mali et aussi en Roumanie…

     

    J’avais aussi adhéré à des associations comme Amnesty International, la Ligue des Droits de l’homme et j’assistais régulièrement à des réunions…et bien souvent je rencontré des hommes et des femmes très engagés et avec je prenais plaisir à débattre et dialoguer.

     

    Mais très attiré par de nombreuses activités extra scolaires,  il a fallu que j’aille dans un lycée privé pour me concentrer sur le BAC !!! Mes parents bien que très favorable à mes nombreuses activités, souhaitaient que je passe le BAC avant tout.

     

    C’est ainsi que je me suis retrouvé durant une année au Lycée Maintenon à Hyères.

    L’ambiance était très différente de celle que j’avais connue à Dumont D’Urville !

     

    Et j'ai  rencontré une femme extraordinaire avec qui j’ai partagé des moments très forts, Sœur Anna-Joseph. Elle s’occupait des terminales, et comme j’étais le plus âgé des élèves, j’ai eu droit à un petit traitement de faveur. Chaque midi, je sortais avec S.A.J. du lycée pour aller boire le café en ville et bien sur pour discuter, débattre et passer le temps en attendant la reprise des cours. En échange, je devais maintenir mes notes à un niveau fixé par sœur Anna Joseph, et augmenter les matières où j’étais en difficultés ! J’ai aussi pu au cours de cette année avec l’autorisation du Directeur mettre en place un club de poésie avec des élèves du collège…

     

    Parfois l’aumônier se joignait à nous, et j’aimais beaucoup débattre avec cet homme d’église, et souvent j’aimais le provoquer un peu sur l’église et Dieu ! Et il me répondait en m’expliquant et en tentant parfois de me convaincre mais il n’a jamais réussi !

     

    Lors de ces moments, j’apprenais l’histoire de ma sœur adorée :

    Peu avant la seconde guerre, elle devait se marier avec un jeune homme dans sa ville natale en Italie. Mais le jour de la cérémonie, le marié ne vint pas !

    La famille de Sœur Anna Joseph était tellement choquée qu’elle lui ordonna de devenir religieuse. C’est ainsi que cette femme se retrouva donc dans les ordres. Et elle fût envoyée à Hyères pour y enseigner.

    Une femme extraordinaire car elle n’a jamais regretté et elle considérait ses élèves comme ses enfants…

     

    Mais le secret de ma réussite au BAC, ne se trouve pas uniquement au Lycée Maintenon où j’ai eu le plaisir d’avoir des enseignants de grande qualité comme Monsieur KRONENBERGER, professeur d’économie ou Madame PAUL, professeur de français…

     

    C’est en Ariége, La Peyregude en compagnie de ma grand-mère que j’ai révisé mon BAC !

    Mamie Hélène surveillait l’avancée de mes révisions et veillait à ce que rien ne perturbe mon travail.

    Je me souviens que le matin, elle me réveillait tôt pour que j’ai mes 4h de travail, ensuite à 12h pile, le repas et à 13h30 reprise des révisions jusqu’à 18h ! Et lorsque parfois Henri, le berger, venait me voir, elle veillait à ce qu’il ne reste pas trop longtemps ou qu’il revienne après en soirée !

     

    Alors mon BAC, j’ai réussi à l’avoir grâce à toutes ces personnes, et aussi du fait que j’avais fortement réduit mes activités associatives !!!!

     

     

     

     

     

     

    ….à suivre…..


    votre commentaire
  •  

    COPENHAGUE 2009

    A DIFFUSER LARGEMENT...


    votre commentaire
  • "La Paix ne sera pas possible entre les nations,

    tant qu'on ne sera pas convaincu que la véritable Paix se trouve au coeur de l'âme humaine" 

     Black ELK


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires