• Elle et Lui

     

    Deux êtres à la croisée des chemins de la vie,

    Avec la jeunesse et l’insouciance, tout semble permis,

    Avec le temps s’affirment certains sentiments,

    Mais parfois s’immisce un doute profond,

    La raison et le cœur s’entrechoquent souvent,

    Alors la patience devient maîtresse de la situation,

    S’affolent les sentiments des premiers instants,

    Pour laisser place à l’incompréhension du moment,

    L’amour intrépide et fugace s’enfuit et s’évade là bas,

    Ces deux êtres être inexpérimentés ne le saisissent pas,

    Seuls les souvenirs de moments intenses partagés,

    Hanteront la mémoire de nos deux tendres protégés,

     

    Deux êtres à la croisée des chemins de la vie,

    Contemple et analyse une période presque finie,

    Comme se consume une brindille enflammée,

    Des sentiments si forts et trop vite consumés,

    Nos jeunes années trop vite écoulées,

    La solitude et l’ennui vite retrouvés,

    L’érosion du temps, sournoise, qui attaque,

    Les sentiments passionnels qui semblent intactes,

     

    Deux être à la croisée des chemins de la vie,

    Qui croyaient en la force des sentiments,

    Mais n’ont jamais su apprivoiser le temps,

    Et qui ont simplement, toujours aimé et sourit.

    Naïfs ou insouciants mais avec assurance,

    Ils ont défié le temps avec insouciance.

    Les chemins à tort se croisent, par hasard,

    Et ils bien souvent ils ne mènent nulle part,

     

    Deux êtres à la croisée du chemin de la vie,

    Qui n’ont jamais bien su et compris,

    Pourquoi et comment se fait l’avenir,

    Comment à deux pourvoir le construire,

    L’amour se dissipe dans les vents,

    Et s’oublie lentement avec le temps,

    La difficulté incontournable du présent

    Et la gravité pesante du moment,

     

    La vie et l’amour incompréhensible

    Deux êtres et un idéal impossible,

    Comment faire avec la sincérité

    Des sentiments librement exprimés…

     

    Jean François LOUBET


    votre commentaire
  • Esprit

     

    Dans le matin, alors que la vie renait,

    Le souvenir d’un songe disparaît.

    Seules des images hantent encore nos esprits,

    Mais l’essentiel du rêve tombe dans l’oubli.

    Une impression reste présente un instant,

    Lorsque le temps de l’éveil dure un moment.

    L’être sort d’un état naturel inconscient,

    Pour reprendre contact avec l’environnement

    Réalité rigide et parfois si difficile à affronter,

    Terminer le temps où l’esprit libre de s’évader.

    La journée s’écoule avec ses habitudes,

    Réalité trop brutale, faite de certitudes,

    Le soir revenu, l’esprit cherche à se promener,

    Et la fatigue aidant, un nouveau songe nait,

    Les barrières du réel à nouveau sont tombées

    Et le royaume imaginaire reparait…

     

     

    Jean François LOUBET


    votre commentaire
  • Mon Ange a disparu

     

    Pendant ces mois passés, un petit hérisson, heureux, souriait,

    chaque jour son ange lui répondait et venait l'embrasser,

    Chaque matin, elle était là et avec attention lui répondait

    et le petit animal lui renvoyé chaque jour un doux baiser.

     

    Elle semblait être attachée à ce petit hérisson français,

    elle n'hésitait jamais à répondre à son amour effréné,

    Le temps s'écoulait, rien ne semblait pouvoir les séparer,

    Que d'échanges, que de mots doux, de poèmes échangés.

     

    Pourtant ces derniers jours le petit hérisson semble perdu,

    depuis plusieurs jours sa muse a complétement disparu,

    Cet animal triste cherche, demande partout pour savoir,

    perdre son ange définitivement  il ne veut pas le croire...

     

    Alors chaque soir cet hérisson espère enfin la revoir,

    mais cet ange a disparu et il n'a plus vraiment d'espoir,

    il l'a déjà perdu auparavant  mais aujourd'hui il ne sait plu,

    comment faire pour la retrouver, maintenant il n'y croit plu

     

    Jean François LOUBET


    votre commentaire
  • Comme promis sur ce blog, j'ai enfin retrouvé le discours que j'avais prononcé au Lycée Dumont D'Urville après les profanations des tombes juives de Carpentras.

    A l'époque j'étais Président du Foyer des Élèves et Monsieur AIRAUDI, Proviseur, m'avait demandé d'intervenir lors de la cérémonie organisée pour commémorer cet acte dans les établissements scolaires....voici le texte que j'avais écris et dit:

    "Simple membre de la communauté des élèves de ce lycée, je prends la parole en tant qu'homme, qu'être humain pour partager l'indignation de la communauté juive dont je ne fais pas partie.

    Nous sommes ici censés représenter des êtres civilisés or dès que cette notion de civilisation est apparue au plus profond des ages, dés que l'homme a laissé quelques traces montrant qu'il se distinguait de l'animal en même temps est apparu le respect, sans réserve, des défunts.

    Aujourd'hui cet acte odieux contribue à nous réunir, a ramené l'être humain au niveau de la bête et même de la plus abjecte.

    En dénonçant cet acte, nous devons non seulement dénoncer tous les racisme mais l'horreur devant cette absence de conscience et d'humanisme. Peu de mots sont à la hauteur pour exprimer notre révolte morale.

    Et c'est par un silence révélateur que je vous exhorte à exprimer votre indignation...."

    Jean François LOUBET


    votre commentaire
  • Une République en déclin…

     

    En l’espace de 10 ans, ce pays qui fut jadis berceau de liberté et des Droits de l’Homme a choisi les intérêts financiers plutôt que de continuer à croire en l’Homme !

    Tout ne résume aujourd’hui qu’à des contraintes économiques dans ce pays!

    On choisi de détruire le service public, et en contre partie de faire payer les citoyens pour un service auxquels ils ont droit !

    Sous prétexte d’économie, on réduit les moyens dans la fonction publique et on augmente les indemnités des élus !...

    Durant cette fameuse crise financière, le nombre de nos charmant élus qui ont accepté de se serrer la ceinture se comptent sur les doigts d’une main !

    Et oui, notre Président augmentent ses indemnités, pourquoi les autres ne feraient pas de même !

    Alors aujourd’hui ces hommes intègrent qui nous gouvernent cherche des moyens de faire entrer de l’argent !....rassurez vous ce ne sont pas leur privilèges qui seront entamés !

    Mais par contre les enfants de chômeurs n’auront plus accès à la cantine ! Et aussi ils n’auront pas de livres si leurs parents n’ont pu s’acquitter des frais de cantine !

    Je vous rassure nous sommes en France !

    Alors qu’une crise financière fait rage et que déjà l’Etat a largement renfloué ces joueurs en bourse préférés, on risque de devoir encore se serrer la ceinture !

    Mais tout va bien, notre Saint Nicolas est en pleine forme…il va être père !

    Par ailleurs, ayant perdu son ami Mouamar, on reçoit le Président du Rwanda qui a eu un rôle plus que trouble durant le génocide dans ce pays !....

    Mais heureusement que la rentrée des classes et la Coupe du Monde de Rugby masquent cette actualité !...

    Zut ! Pas de bol, la campagne présidentielle commence avec son lot d’affaires…

    Pendant ce temps, les enfants de chômeurs ne pourront pas accéder à la cantine !

    Eh oui !...l’Ecole avant que certains détruise les piliers de la République, était un lieu où aucune différences n’étaient faite ! Les Enfants ne devaient pas supporter directement les conséquences de la vie…

    Aujourd’hui les enfants de notre République sont montré du doigt et servent pour atteindre les adultes ! Jules Ferry serait certainement fier de voir son école aujourd’hui….à Sarkoland !

    Jean François LOUBET

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires