• Depuis le début des affrontements sur la place Maydan à Kiev, j'inonde ma page Facebook de publication diverse au sujet de l'Ukraine. Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, je vous dois quelques explications.
    Si je suis autant attaché à ce pays et surtout à la situation qui se déroule sous nos yeux depuis ces derniers jours, c'est parce que pendant deux années de 1996 à 1998, j'ai habité, j'ai travaillé dans ce pays, plus précisément dans la ville d'Oujgorod en Transcarpathie.


    Pendant ces deux années, j'ai eu la chance de rencontrer des hommes et des femmes extraordinaires qui se battaient chaque jour pour vivre et faire vivre leur famille, dans un pays où la situation économique été très difficile, l'Ukraine à ce moment-là devait se reconstruire et surtout relancer une économie qui était fragile. À cette époque, bon nombre d'ukrainiens espérait beaucoup de la part des pays occidentaux comme la France, l'Allemagne et tous les autres membres de l'union européenne.


    Malheureusement seul le Japon et les États-Unis ont choisi d'investir à cette époque, juste après la chute du mur de Berlin. Quelques entreprises allemandes ont cherché à investir dans le pays mais rien de très important au regard des besoins et des attentes de la population.


    Alors je suis triste, pour deux raisons :
    – la première raison, c'est qu'en fait l'union européenne a complètement raté son rendez-vous avec l'Ukraine et a complètement sous-estimé les possibilités et les capacités de ce pays. Jamais l'union européenne n'a organisé un véritable plan pour que l'Ukraine puisse rebondir et se développer au moment de son indépendance.
    – La deuxième raison, c'est que je pense à tous ces jeunes, à tous ces enfants que j'ai côtoyés pendant ces deux années à l'école numéro cinq et à l'université. Aujourd'hui peut-être que parmi tous les manifestants qui ont été blessés ou tués, il y a des jeunes que j'ai connus.


    Fort heureusement à Oujgorod la situation n'a pas l'air aussi dramatique que la situation à Kiev, et je m'en réjouis. Depuis hier les manifestants ont pris possession du parlement régional de Trancarpathie, sans aucune violence. Aujourd'hui le chef de la police régionale a annoncé qu'il rejoignait le camp des manifestants et qu'il refusait d'appliquer les ordres venus de Kiev.


    Mais la situation dans le pays me préoccupe fortement, car pour des raisons historiques ce pays est coupé en deux, d'un côté il y a les pro-russes qui se trouvent à l'est de Kiev, de l'autre côté il y a les pros occidentaux qui sont à l'ouest du pays. En fait depuis le découpage fait par notre Georges Clémenceau il y a toujours eu des petites frictions entre ces deux parties de l'État.
    La plupart des régions à l'ouest de Kiev avant la première guerre mondiale n'appartenaient pas à l'Ukraine et à la Russie. Ce n'est qu'après le traité de Versailles en 1924 que certaines régions ont été rattachées à l'Ukraine. C'est pour ça que la partie ouest du pays est favorable à un rapprochement avec la communauté européenne et les pays de l'union européenne. L'autre partie du pays a toujours été pour un rapprochement avec la Russie, d'autant qu'à l'époque de Staline il y a eu beaucoup de déplacements de population.


    Mais revenons à ma relation avec l'Ukraine, que je considère comme mon deuxième pays après la France, je gardais souvenir inoubliable de rencontres avec des gens extraordinaires, des moments de partage intense malgré les difficultés de la langue avec des hommes et des femmes, solide, droit et digne face à la difficulté quotidienne au moment de la chute du mur de Berlin. À cette époque, les gens été obligés de cumuler deux emplois pour pouvoir arriver à survivre dans un pays exsangue, où il n'y avait plus aucune industrie ou entreprises qui fonctionnaient correctement. J'ai connu à cette époque des enfants qui après l'école en sortant de mes cours aller rejoindre leur famille pour travailler, pour pouvoir gagner quelques grivna, afin de pouvoir assurer un ou deux repas par jour. J'ai même vu dans ce pays des jeunes filles être obligé de se livrer à des activités dont je ne donnerai pas le nom pour pouvoir se payer des chambres universitaires.


    Ce peuple d'Ukraine, est un peuple de très grande qualité et surtout d'un très grand courage !


    Ce qui me rend triste c'est que les pays de l'Occident et notamment les pays de l'union européenne n'ont jamais su faire confiance au peuple ukrainien, jamais l'union européenne à proposer de véritables partenariats avec ce pays ! Jamais des pays comme la France n'ont proposé de véritables échanges avec l'Ukraine ! Et pourtant l'Ukraine s'est toujours tournée vers la France mais après la chute du mur de Berlin, la France n'a pas fait confiance au peuple et aux citoyens de l'Ukraine.


    Je me réjouis aujourd'hui qu'un ministre français se retrouve à la tête de la délégation pour essayer de faire taire les armes en Ukraine. J'espère simplement qu'il arrivera à convaincre le président ukrainien d'organiser de nouvelles élections dans le pays et de mettre fin aux violences. Alors oui les violences ne viennent pas forcément que de la part des autorités actuelles en Ukraine il est vrai qu'il existe également des activistes des extrémistes qui profitent de la situation pour se livrer à des violences gratuites au lieu de laisser apaiser et de laisser le dialogue se faire. Mais il faut comprendre également que cela fait des mois, que les citoyens d'Ukraine réclament un changement et réclame de nouvelles élections dans les pays.


    Car s'il y a des violences il faut les condamnés d'un côté comme de l'autre il faut être juste. Dans une révolution il y a forcément des moments de dérapage, n'oublions pas la révolution en France et certains moments où il y a eu beaucoup plus de morts, donc il faut s'efforcer dans un premier temps d'arrêter les violences en faisant reconnaître au président  ukrainien qu'il doit accepter de nouvelles élections rapidement.


    Ce soir je pense à tous ces amis qui sont là-bas entrant Scarlatti à Kiev ou à Lviv…


    Ce soir je pense à tous ces enfants que j'ai connus pendant deux ans qui aujourd'hui sont peut-être sur les barricades dans une ville dans une autre ou à Kiev…
    Ce soir je pense à ce pays, qui a énormément de qualités de compétences, et qui doit avoir les moyens et la liberté de se développer et de se construire.


    Jean-François loubet


    votre commentaire
  • L'Ukraine est à feu et à sang ce soir, dans beaucoup de grandes villes le peuple a décidé de prendre son destin en main.

    Ce soir je suis très inquiet et triste car ce pays est un peu le mien quelque part, ayant vécu là-bas l'Ukraine, c'est ma deuxième patrie après la France. Ce soir je pense beaucoup à tous mes amis qui vivent cette situation politique très difficile et inconfortable.

    Les images qui me parviennent de la place Maydan m'inquiètent énormément, nous sommes en train d'assister à une véritable guerre civile où le peuple s'oppose à un pouvoir sourd et archaïque.Le président actuel a préféré choisir la force plutôt que le dialogue, s'accrochant au pouvoir tel dictateur communiste digne du temps de Staline ! Mais cela n'est pas surprenant sachant que c'est le plus grand ami de notre Vladimir poutine maître de toute la Russie !

    Ce qui par contre me gêne énormément c'est le manque de réaction des pays occidentaux, de l'Organisation des Nations Unies, qui ne fait que de timides reproches aux répressions sanglantes à Kiev.C'est une véritable guerre civile qui s'instaure dans le pays de l'Ukraine aux portes de l'Europe et personne ne réagit, et on laisse faire simplement pour ne pas vexer notre grand maître Vladimir !

    Quelle hypocrisie ! Et on ose encore parfois nous parler de Droits de l'Homme en Europe !Ce soir je suis très triste, parce que je sais que le sang va être versé et que je me suis toujours opposé à la haine et la violence depuis tant d'années.

    Alors oui pour beaucoup l'Ukraine, c'est très loin mais c'est aussi un pays qu'est très proche, méconnu de la plupart d'entre vous mais c'est un grand pays, avec un peuple extraordinaire des gens immenses de sympathie, un pays qui veut vivre et grandir !

    L'indifférence et la passivité de nos grands dirigeants européens et occidentaux, américains compris, montre que finalement les peuples ne représentent rien aux yeux de nos grands dirigeants ! Cela fait des mois que ces gens sont sur la place principale de Kiev et que rien n'avance mise à part le nombre des morts et la violence !

    Est-ce qu'un simple chef d'État s'il en existe un, aura le courage aujourd'hui de s'insurger contre la répression en Ukraine. Mais sincèrement, cela m'étonnerait fort que notre président français ait le courage d'affronter le tsar Vladimir au sujet de l'Ukraine ! En diplomatie il faut avoir du courage et de l'audace mais sincèrement la solution en Ukraine ne viendra pas de la France et j'en suis sûr…

    En fait je demande à tous les citoyens français ayant des connaissances en Ukraine d'alerter les journalistes et de faire connaître la situation dans ce pays.La guerre civile est au bord de l'Europe puisque l'Ukraine devait rentrer en Europe, mais ne vous inquiétez pas tout va bien dans le meilleur des mondes…

    J.F  LOUBET


    votre commentaire

  • 2014 Réflexions.....

    Lorsque l'on s'arrête quelque minutes et que l'on prend le temps de regarder le monde qui nous entoure aujourd'hui, il est normal que certains s'interrogent.
    Quel avenir sera celui de nos enfants et nos petits-enfants ? Lorsque l'on voit aujourd'hui, que notre monde est bien malade !


    Sur le plan de l'environnement, je pense qu'il n'est pas la peine de vous faire un dessin pour que vous puissiez comprendre à quel point notre planète notre terre est malade, et constamment attaqué et détruite par l'activité de l'homme, par notre activité que nous impose cette société dans laquelle nous vivons. Pourtant cela fait au moins plus de 30 ans que des hommes des femmes, des scientifiques tirent la sonnette d'alarme pour nous dire, les dangers vers lesquels cette société de consommation nous entraîne.


    Malgré tous ces appels incessants, et après toutes ces années, aucun gouvernement et aucun pays n'a eu le courage de s'engager pour inverser la tendance. Sans doute, les dirigeants politiques n'ont plus autant de poids que par le passé à en voir l'influence importante des grandes multinationales, et des grands groupes financiers ! Nos dirigeants n'ont soit pas le courage soit pas les moyens !… Alors ces derniers espérant avoir encore un peu d'influence, cherche à faire croire aux populations qu'ils gouvernent, qu'ils maîtrisent ce qui se passe dans le monde. Mais alors comment expliquer qu'après tant d'années, où l'on s'inquiète de l'environnement jamais aucune mesure concrète n'a été créée et mise en place !


    Malheureusement il n'y a pas que sur le plan de l'environnement, qu'il y a des problèmes.
    Sur le plan économique, les choses n'ont fait que s'empirer, aujourd'hui avoir un travail est un luxe. Bien sûr vous pouvait me dire que dans les années 30 après la crise financière de 1929 les choses étaient identiques… Mais là on sent bien depuis ces dernières années une totale incapacité de nos dirigeants à faire une action pour inverser la tendance. Dans tous les pays du monde, les dirigeants politiques se succèdent et ne trouvent aucune solution. Mais au lieu de se poser des questions sur les problèmes de fond, ces grands de ce monde cherchent simplement à colmater les brèches et comme dit l'expression à Mettre des pansements sur des jambes de bois !

     

    Alors que peut-on faire ? On peut s'arrêter regarder et espérer qu'un jour un de ses grands est une magnifique idée de lumière pour renverser la tendance, et attendre devant son poste de télévision qu'une annonce tombe sur le petit écran !


    Sans doute serait-il plus judicieux que les citoyens de ce monde décident enfin de s'unir, de s'entendre et enfin de construire un monde qui leur appartient à tous ! Il est vrai que c'est une utopie, mais dans ce monde qui est si triste et médiocre on peut encore avoir le droit de rêver !


    Alors comment réagir ? Simplement redevenant de vrais citoyens, en s'engageant pour des causes auprès d'associations, auprès de partis politiques, auprès d'organisations syndicales afin de faire entendre sa voix car dans une république dans une démocratie la voix de chaque citoyen est importante. Se désintéresser de la chose politique est justement ce qu'il y a de plus dangereux dans une période de crise où l'on cherche à faire avancer son pays sa société.


    Parfois il est difficile lorsqu'on a été déçu de retourner vers des domaines dans lesquels on a du mal à retrouver un intérêt une motivation mais il faut surtout penser à l'intérêt général à l'avenir et aux enfants qui vont venir derrière et c'est ça la chose la plus importante !


    Demain nos enfants et nos petits-enfants vont demander à notre génération qu'est-ce que nous avons fait, qu'avons-nous fait pour changer les choses ? Sommes-nous restés tout simplement devant notre poste de télévision ou avons-nous pris le courage à deux mains pour agir et intervenir ?… Alors à la veille d'élections importantes en France et en Europe, il est important sans doute de se poser la question le fameux "qui je suis et où je vais".


    Alors ce n'est pas simplement une crise d'environnement ou une crise politique c'est une crise tout simplement de l'humain, sommes-nous devenus uniquement des machines à consommer ou à produire ?…

     

    Dans cette vie jalonnée par des aspects purement financiers et économiques où se trouve la part de l’être humain ?…


    Alors c'est vrai que c'est très facile derrière un ordinateur de pouvoir dire des choses comme celles que je vous écris, mais je suis convaincu que l'humanité va rebondir et que le monde va changer !…

     

    Car un modèle économique qui produit et fabrique de l'exclusion chaque jour est un modèle qui n'est pas viable à terme ! Lorsqu'un modèle économique fabrique chaque jour du chômage et donc alourdit les charges de l'État, ce n'est pas un système juste et viable!!!!


    Il serait sans doute temps que les citoyens se donnent la main, se réveillent et inverse la tendance !


    Nous n'avons qu'un seul monde, il n'y a pas 36 000 solutions, ou nous apprenons à vivre ensemble et à créer une société ensemble ou alors ce monde, cette terre, nous allons la perdre !

     

    Et si nous perdons cette terre, c'est la vie que nous perdons car cette terre il ne faut pas l'oublier c'est également notre mère à tous à tous les hommes de cette planète !

     


    Jean François LOUBET


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires