• Abidjan: Partie I...

    Abidjan (Côte d’Ivoire)  - 1975 à 1977

     

    Mes parents, qui étaient enseignants, ont accepté de partir comme coopérants pendant deux ans en Côte d’Ivoire à Abidjan.

     

    Personnellement à 5 ans, on s’imagine partir à l’'autre bout du monde pour vivre une magnifique aventure. D'’autant plus que je venais de comprendre que je bénéficiais d’un sursis d’'1 an avant d’entrer à l’école. En effet, là bas l’école débutait à l’âge de 6 ans !

     

    Nous avons donc débarqué à l’'hôtel Ivoire ! Un établissement immense avec des piscines, des canaux pour faire du bateau, un bowling et un cinéma !!

     

    Je ne sais pas pourquoi très vite je suis devenu le « chouchou » du personnel de l’'hôtel. Il est vrai aussi que Clément, celui était chargé de me surveiller avait des difficultés à me faire resté dans la chambre ! Et c’'était amusant de jouer à cache-cache  sur un aussi vaste terrain de jeu !

     

    Alors on m’'a assigné deux gardiens pour éviter que je ne recommence à créer la panique dans l'’hôtel. Lucien qui était maître d’'hôtel m'’attendait tous les matins, avec une assiette garnie d’éclairs au chocolat ! Déjà, il avait trouvé le moyen de faire rester assis quelques instants !

     

    Puis dès l’'arrivée des maîtres nageurs, j'’avais le droit d’'aller me baigner. Parfois, Clément m’accompagnait voir un film au cinéma de l’'hôtel. C’est là que j’ai découvert l’'existence de Zorro incarné à l’'écran par Alain DELON !

     

    D’ailleurs, à l’'hôtel, ils s'’en souviennent encore du petit Zorro qui courait partout dans les couloirs !!! Un jour, j’'ai ouvert les cages d'’animaux domestiques lors d'’une exposition. Je voulais libérer ces petits animaux sans défense !!!

     

    A côté de cet hôtel, se trouvait le palais des Congrès où le parlement Ivoirien se réunissait parfois. Fidèle au poste, Etienne le portier, ouvrait les portières des belles voitures, tandis que moi, vêtu d'’un short et d'’un « tee-shirt », pied nu, je saluais chaque personne qui en sortait !!!

    Ce qui amusait beaucoup les officiels ivoiriens…

     

    Je n’'oublierai jamais ces moments riches partagés avec toi Clément et Lucien, Etienne.

    Quand vous parliez de vos villages, de vos familles, de votre pays…..Si j’ai aujourd’'hui un esprit aussi large et ouvert sur le monde qui m’entoure, vous y êtes sans doute pour beaucoup.

     

    Ainsi pendant plus de 6 mois, j'’occupais mes journées dans ce paradis… avec mes nouveaux amis…

     

    Ensuite toute la famille est parti habiter dans un quartier, pour les coopérants français où déjà d’'autres familles logées. Là, nous allions partager notre maison avec Mamadou, le cuisinier et le gardien et son fils Kalifa du même âge que moi.

    Nous passions énormément de temps à jouer ensemble tous les deux. Je lui montrais mes jeux et lui m'’apprenait les siens. La chasse au serpent était mon jeu favori mais n’était pas du goût de mes parents, surtout pied nu dans les chemins dans le quartier ! Mais à 5 ans, allez expliquer qu’'avec des chaussures, le serpent vous entend arriver et s'’enfuit !!!

     

    Mais un beau matin au pied de mon lit, je découvris un uniforme beige, et des belles chaussures ..…Aïe !!! Le sursis venait de s’arrêter !!!

     

    A suivre…………


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :