• Ce 18 juin à Colombey-les-Deux-Églises...

    Ce 18 juin à Colombey-les-Deux-Églises,

    Ce mercredi 23 juin, veille d’un mouvement de grève et de manifestation dans le pays, j’étais en train d’écrire la suite du Royaume des Enfants, lorsque j’ai imaginé une petite histoire…

    Ce 18 juin dernier au cours de la cérémonie en hommage au Général De Gaulle, des visiteurs du cimetière de cette commune auraient entendu du bruit en provenance du caveau familial du défunt grand homme…

    Le gardien des lieux crût au départ à une mauvaise plaisanterie de jeunes adeptes de la mode gothique qui avaient pris la mauvaise habitude de venir en ces lieux durant la nuit. Mais lorsque que cet homme ouvrit les grilles de cette tombe, il fût stupéfait de découvrir que la dalle de pierre de la tombe du grand général avait été déplacée…

    Ayant peur de s’aventurer plus loin seul, le gardien retourna à son bureau pour appeler les gendarmes. Il décida de les attendre et referma les portails pour éviter que des mauvais plaisantins ne puissent s’échapper…

    Après quelques minutes, la patrouille arriva dans sa superbe voiture de fonction, gyrophare et sirène allumés…comme dans les films…Le gardien leur ouvrit le portail et les deux gendarmes et le gardien se dirigèrent vers la dernière demeure de notre Général. Arrivé devant le portail du caveau les deux agents s’adressèrent au gardien :

    -« Eh ! Passe devant !!! on est à 3 mois de la retraite…on sait jamais ce qu’il peut y avoir dans ce tombeau… !!! ». Le gardien, suivi par notre équipe de choc entrèrent dans ce caveau. Ils s’approchaient lentement de cette célèbre tombe dont la dalle était déplacée…

    Avec leur torche électrique, les deux gendarmes éclairèrent l’intérieur de la tombe…Et les trois hommes surpris se rendirent compte qu’elle était vide ! A la place du corps se trouvait un papier où était inscrit :

    « A nouveau le devoir m’appelle et je quitte ce repos éternel pour aider notre pays et ses citoyens pour organiser la lutte contre les agresseurs de notre Grande République ! Moi, Charles de Gaulle, je me suis efforcé de construire une République juste, une République basé sur des valeurs solides où chaque français avait sa place ! Moi, votre grand Charles, je me suis imposé d’écouter chaque français même si j’ai parfois commis des maladresses, j’ai toujours servi mon pays en m’efforçant de rassembler et de construire ! Aujourd’hui les valeurs que j’ai respectées et servies sont bafouées et foulées au pied car un certain petit homme devenu Président en s’appuyant sur le mensonge, complexé sans doute par sa taille, est en train de tout détruire ! Cet équilibre que nous avions construit entre le secteur public et le secteur privé est détruit, et celles et ceux qui œuvrent au service de l’Etat et des citoyens sont montrés du doigt comme les juifs en Allemagne lors de l’ascension d’Hitler ! Au lieu d'adapter et faire évoluer le secteur public, en fonction des besoins, ces hommes qui prétendent être au service de La France, comme le disait un certain Maréchal, ne font qu'accroitre et détruire la cohésion de notre nation! Allez me chercher Michel Debré, on a encore du pain sur la planche, par Dieu ! Je croyais avoir mérité le repos, mais je dois reprendre du service ! Mais où sont les Résistants ! Mais où sont les Citoyens...Où est ma DS?... »

    Les trois hommes s’empressèrent de regagner le local du gardien pour prévenir les autorités.

    Dans le bureau du gardien, la radio diffusait les commentaires de la cérémonie de commémoration du 70ème anniversaire de l’appel 18 juin en direct de Londres…en présence Nicolas Sarkozy…

    Les gendarmes appelèrent leur commandant de caserne qui au départ cru à une très mauvaise plaisanterie…mais après de longue minutes de description des lieux et de discussion, l’officier supérieur admis qu’il y avait effectivement un problème…

    Le commandant de la base de gendarmerie arriva aussitôt sur les lieux, accompagné d’un représentant de la préfecture. Dans le bureau du gardien du célèbre cimetière, le commentateur de la radio se tût pour laisser écouter aux auditeurs le discours du Président français…

    Le représentant de la Préfecture après avoir reçu les directives de ses supérieurs s’adressa aux témoins de l’évènement :

    -« il ne faut pas que la presse soit au courant, personne n’a rien vu et la dépouille du Général n’a jamais disparu ! Quant à la lettre, personne ne l’a vu ! Elle n’existe pas !!! Ici à Colombey-les-Deux-Églises, le 18 juin est un jour comme les autres, la cérémonie de ce matin s’est bien déroulée ! Vous le gardien vous refermerez le caveau et le tombeau ! Vous les gendarmes, vous aurez un avancement avant votre retraite !!! Et la lettre je la garde pour l’envoyer à l’Elysée pour la vérifier… »

    Les gendarmes sortirent du local du gardien, montèrent dans la voiture et regagnèrent leur caserne, le gardien s’exécuta. Le commandant et le représentant de la Préfecture se dirigèrent vers la voiture qui les avait amené sur place et sortirent du coffre une grande gerbe de fleurs où était inscrit : « hommage du Président à un grand homme »

    Ensuite ces deux hommes montèrent dans leur véhicule et quittèrent les lieux.

    Ce 18 juin le cimetière resta fermé à toute visite durant l’après midi du 18 juin…

    Après cet intermède imaginaire, je repris ma plume pour poursuivre l'écriture du prochain chapitre du Royaume des Enfants…

     

    Jean François LOUBET

    « Les Jeux sont ouverts....Qu’est devenu mon pays La France ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :