• Laroussi Oueslati...

    Lettre à Laroussi,

    C’est beaucoup de surprise que j’apprends que tu es exclu de la Fonction Publique et de l’Enseignement !!!

    Que s’est-il  passé, cher ami ?

    Je me souviens de notre première rencontre sur les barricades à Toulon, lorsque les jeunes s’étaient spontanément soulevés contre la loi Monory / Devaquet qui visait à détruire l’Université et ses principes républicains…J’avais 16 ans et je me trouvais dans cette équipe de jeunes représentants du lycée Rouvière, motivé et convaincu de la légitimité de notre combat !!!

    Alors je me souviens qu’après une de mes interventions au Mégaphone, un étudiant nous a présentés….Le contact est très bien passé. Tu nous a donné le moyen de communiquer avec la presse, avec les responsables de l’éducation nationale…tu étais souvent resté très tard dans la nuit avec nos amis étudiants pour débattre et rédiger les tracts !!!!!!

    A cette époque tu étais un jeune homme engagé contre les nantis et les apparatchiks,  tu voulais que le principe d’égalité et de citoyenneté soit appliqué! Alors je ne comprends pas cher ami, que s’est-il passé depuis cette époque où tu partageais les combats des plus petits, en tant qu’homme de gauche et de convictions !!!

    Depuis ces jours de combats militants, le temps a passé..

    Déjà lorsque j’étais étudiant à mon tour, j’avais eu l’impression que tu avais changé, tu n’étais plus un simple enseignant mais tu étais devenu un élu et homme politique de notre région, loin des préoccupations des étudiants !

    Alors toi, l’humaniste issu du Quartier des Œillets de Toulon, que t’est-il arrivé ?

    Le pouvoir parfois ensorcelle les meilleurs des hommes, et les entraine sur des pentes dangereuses ! Tu as sans  doute suivi les chimères de nos politiques du département...

    Alors cher Laroussi, n’en déplaise à certains, je suis fidèle en Amitié même si je peux  être en désaccord parfois avec certains de tes agissements ! Même si aujourd’hui celles et ceux qui te dressaient des ponts d’Or pour  que  tu serves leurs intérêts te tourne le dos, je voulais que tu saches Laroussi que le petit idéaliste, arrière petit fils d’un meunier et d’un ardoisier, te reste et demeure ton ami…

    Je ne sais pas quelle faute tu as commise, mais subir une sanction plus sévère qu’un certain Golldnish , révisionniste et membre du Front Nationale, c’est que tu as du faire une énorme connerie !!!!

    Alors je souhaite te dire que même si tu t’es laissé entrainer dans un système où la couardise et le mensonge est de rigueur et que tu n’as pas su t’en préserver, je suis ton ami et je ne changerai pas mon opinion sur des « candira ton »…et même si ta faute était prouvée car j’ai des doutes quand même…comme Icare tu t'es brulé les ailes, croyant pouvoir faire comme certains, encore et toujours plus nombreux, détourner et abuser le système ..abuser notre République car dans notre petit bout de France, la République a parfois bien du mal à prendre le dessus sur des coutumes locale, loin des préoccupations démocratiques et citoyennes...

    tu es un ami et resteras un ami...

     

    Jean François LOUBET

    « L'Indien Blanc...(8)GANDHI... »

  • Commentaires

    1
    horchani
    Dimanche 23 Mai 2010 à 23:12
    Charte du Parfait Doyen
    (Valable, aussi, pour les Présidents des Universités, Mutatis Mutandis)


    Par sa droiture et ses qualités humaines, morales et scientifiques, il se distinguera
    Sur la base d’un Programme, écrit et explicite, adressé à ses électeurs, il se présentera
    Une fois élu, ce qu’il a dit, il fera, ce qu’il a promis, il tiendra, et les engagements pris,
    fidèlement, il observera
    Pour que les responsabilités soient relayées et partagées, d’un seul mandat, il se contentera
    Au service de la Communauté, il se mettra
    Au Devenir et à la Prospérité de l’Institution, et non à son propre présent et devenir,
    entièrement, il se consacrera
    Car la charge de Doyen, un sens élevé du devoir et un oubli entier de soi, exigera
    Son ego et ses envies intérieures, il combattra et ses intérêts, il oubliera
    La tentation du décanat-tremplin, il surmontera
    Les acquis de notre Université, il défendra
    A aucun moment, les Libertés Académiques et l’Action Syndicale, il n’entravera
    Les décisions des Structures Elues, et en premier celles du Conseil Scientifique, il appliquera
    La règle du consensus, il adoptera
    Sinon au choix de la majorité, il se soumettra
    Jamais, pour les grands problèmes, tout seul, il ne décidera
    La politique du fait accompli, il bannira
    Civiquement, loyalement et dans l’Etat de Droit, ses idées, il exprimera
    Point de ranc½ur envers ses contradicteurs, il n’aura
    Personnaliser les problèmes, il évitera
    Aucun courant ni sensibilité partagés, il ne négligera
    Les débats courtois et l’échange fructueux des idées, il encouragera
    Y intégrer l’humour (inoffensif), quand les nerfs sont à fleur, il s’efforcera
    Ses états d’âme et ses sautes d’humeur, il maîtrisera
    Entre une attitude autoritaire et autiste et une attitude basée sur le dialogue et la concertation, cette
    dernière, il choisira

    Etre, à la fois, ferme, aimable et ouvert, il devra
    En catalyseur, régulateur, modérateur, médiateur, il se comportera
    Les étudiants et tout le personnel enseignant-chercheur, administratif, technique
    et ouvrier, il respectera
    Toujours courtoisement, il leur parlera
    Ni blasphèmes, ni insultes, ni injures, jamais, il ne prononcera
    Etre à l’écoute de tout le monde, sans distinction, il saura
    Des cercles de copinage et des lobbies, il s’écartera
    Des faux amis et des conseillers auto-déclarés sans scrupules, il se méfiera
    Ni ses amis, ni ses proches, ni quiconque, il ne favorisera
    A l’équité et à la transparence dans la répartition des deniers publics,
    scrupuleusement, il veillera

    Si sur ce droit chemin, tout au long de sa mission, il se maintiendra
    La déprime et le mal-être pour lui-même, il préviendra
    Et c’est en bienheureux d’avoir accompli honnêtement son devoir qu’il partira
    L’Université reconnaissante lui sera
    La Nation, parmi les bâtisseurs de sa prospérité, le comptera
    Et, même avec quelques petits grains de sable inévitables, respecté, estimé et regretté par ses collègues, il restera
    Et, pour toujours, dans leur c½ur et dans le mien, il demeurera

    HORCHANI Salah
    Professeur des Universités
    2
    jflou83 Profil de jflou83
    Lundi 24 Mai 2010 à 09:33
    Merci Monsieur HORCHANI pour votre commentaire...et cette Charte...

    Quel dommage et quel gâchis cette belle Université de Toulon!!!

    Quel dommage aussi pour lui et ses proches, Laroussi, qui était si brillant, si ouvert et qui a changé ces dernières années...!!!

    Merci encore Monsieur pour votre message sur mon blog......
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :