• Le cri des jeunes…

    Le cri des jeunes…

     

    Dans notre pays, et de tout temps, les hommes et les femmes ont toujours regardé la jeunesse avec inquiétude et apriori…

    Ces jeunes trop méconnus et trop souvent mis à l’écart des décisions qui les concernent directement, ont depuis ces dernières décennies décidé de se faire entendre et d’être reconnu comme des Citoyens en devenir à part entière !

    Car dans une république, et une démocratie comme la nôtre, on accepte encore de nos jours difficilement de reconnaître les jeunes, comme des acteurs de la vie, et non comme de simples consommateurs…La jeunesse ne doit pas se résumer à la capacité de reproduire et répéter, tels des perroquets, ce que leur impose les adultes et les décideurs…elle doit pouvoir s’épanouir !

    Dans une société, les enfants et les jeunes doivent être considérés comme des membres à part entière d’un pays, d’une nation. Ils doivent donc être considérés comme de véritables Citoyens et de futurs acteurs…Leurs regards neufs, et leur capacité à s’interroger sur toutes les questions nous environnant doivent nous permettre d’appréhender l’avenir, et mieux la préparer pour ces jeunes générations ! Il ne faut surtout pas s’en effrayer !

    Certes tous les jeunes ne se préoccupent pas des sujets essentiels et vitaux de notre société mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils en soient incapables…La jeunesse, dans sa diversité, a la capacité de s’adapter et de rebondir mais elle sait aussi réfléchir, construire et imaginer…

    Alors à chaque fois que cette jeunesse s’immisce dans les jardins bien gardés et interdits par les adultes, ces derniers refusent d’entendre et d’écouter ces jeunes qui spontanément s’expriment…Puis certains de ces grands et de ces parfaits adultes cherchent vainement des raisons valables pour interdire et pour forcer au silence ces voix…

    La jeunesse d’un pays et d’une république doit avoir le droit de dire et de manifester son opinion de manière pacifique et organisée. Car cette part de la population appartient aussi à la société qui évolue et donc elle a aussi le droit de dire ce qu’elle pense des choix faits par les grands décideurs…

    Par ailleurs, les adultes ont le devoir de permettre à ces jeunes de s’exprimer dans le calme et la sécurité en veillant à éviter toute violence….

    Aider les jeunes à s’exprimer ne signifie pas qu’il faille les inciter à agir mais seulement s’assurer qu’ils se gèrent et s’organisent de manière pacifique et responsable…

    Donc les jeunes qui manifestent contre le projet de retraite, ont toute légitimité de le faire dans la mesure où tous les moyens sont mis en œuvre pour faire cela dans le calme et la sérénité…

    Et c’est là où je désapprouve l’attitude de certains tants du côté des syndicats que du côté du gouvernement…

    Du côté des syndicats, je regrette qu’ils ne soient pas plus présents pour conseiller et pour encadrer le mouvement de ces jeunes. Ces jeunes filles, ces jeunes garçons pour la grande majorité s’interrogent et ont bien compris l’enjeu de cette réforme. Certains d’entre eux l’on peut être mieux perçu que d’autres mais voilà, ces jeunes se posent beaucoup de questions sur leur avenir…

    Comme je l’ai vécu durant les grèves de 1986, les lycéens doivent être conseillés et aidés dans leur démarche citoyenne par leurs ainés dans le seul souci de préserver leur action de tout dérapage ou violence.

    Je ne suis pas d’accord lorsque l’on bloque l’accès aux salles de cours ! Je ne suis pas d’accord lorsque l’on impose ! Il faut convaincre et non obliger…

    Le rôle des « leaders » syndicaux même chez les étudiants et les lycéens est de convaincre, de passer dans les classes et les amphis pour expliquer les causes de cette gronde ! Mais il ne faut surtout pas interdire l’accès aux lycées ou aux universités !

    En démocratie, les mots sont les armes du citoyen pour convaincre, pour débattre et pour partager ! Empêcher, interdire et ne pas respecter l’adversaire ou ses partisans ne fait que ternir la légitimité de tout mouvement !

    En 1986, les membres du C.C.I.L, Comité de Coordination Inter-Lycées, se réunissait chaque soir dans les locaux de la bourse du travail à Toulon. Là des syndicalistes de différentes mouvances politiques, nous donnaient quelques conseils, nous prêter du matériel (mégaphone, talkie-walkie, etc.), ensuite certains adultes, travaillant dans les lycées venaient à ces réunions pour préparer avec nous les mouvements et les manifestations. A cette époque, un seul policier que nous avions choisi et accepté, assistait à ces réunions.

    Il servait de lien entre nous et les forces de l’ordre, et il nous conseillait pour la mise en place de volontaires pour le service d’ordre des manifestations… Ce commissaire était le seul à connaître le vrai parcours des manifestations car pour embêter les CRS, nous ne suivions pas le parcours déclaré en Préfecture, parfois nous changions de sens ou de chemin !!!...

    Aujourd’hui je n’ai pas le sentiment que ces jeunes soient suffisamment encadrés par certains adultes, qui les regardent improviser…Gâchant ainsi un élan citoyenneté au lieu de l’aider à rayonner…

    Parmi ces jeunes, certains inconnus, vêtus comme des ninjas pour certains, utilisent la violence et sèment le trouble profitant des mouvements lycéens…Je condamne ces types d’agissement qui ne sont que des actes gratuits, sans lien avec les revendications des jeunes citoyens…

    Mais les adultes si bien pensants devraient sans doute se poser la question du pourquoi, existe-t-il ce type d’agissement ? Qu’est ce qui pousse des jeunes à choisir la violence plutôt que le dialogue dans notre société?

    Ces manifestations de jeunes interpellent, et font réagir bon nombre d’adultes !

    Sans parler de cette frange d’adultes encore mal rétablis du mouvement de mai 68, qui s’évertue à dénigrer tous mouvements citoyens, surtout de jeunes, spontanés dans ce pays démocratique…

    Le gouvernement devrait rétablir un dialogue avec les citoyens plutôt que de s’entêter et s’obstiner à défendre un texte bâclé dont même certains de ses sympathisants doutent…

    Il n’a rien de dévalorisant à dialoguer et à apaiser les esprits…même pour un chef d’Etat…

    Mépriser et dévaloriser l’expression de la jeunesse, même si elle peut être maladroite, ne fait qu’attiser les tensions et provoquer ces futurs acteurs de notre société…

    Mais répondre à cet élan positif par la seule et simple recommandation de retourner en cours, est une réponse archaïque, encore plus puérile que le cri de ces jeunes aujourd’hui!

    Ces militants, bien qu’ayant moins de 20 ans pour la plupart, sont de véritables citoyens, intéressés par le monde qui les entourent. Pourquoi douter que ces jeunes hommes et jeunes femmes soient capables de comprendre l’enjeu d’une telle réforme des retraites ?!!!...

    La grande majorité de ces lycéens agissent volontairement en sachant que cette réforme est essentielle pour l’avenir de la société ! Ils savent aussi que ce projet va complètement changer la société où ils vivent!...

    La jeunesse ne doit plus être considérée comme simple figurante dans le grand film de la vie mais elle doit avoir sa place d’acteur !!!

     

     

    Jean François LOUBET

    « Antoine de Saint Exupéry...Emile Zola... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :