• Le loup, la colombe et le faucon,

    Le loup, la colombe et le faucon,

     

     

    Ce matin, au pied d’une chaine de montagnes, dans une verte vallée,

    Aux fins fond de la forêt, lentement le vieux loup s’est réveillé.

    Il regardait posé au milieu d’une branche, juste au dessus de lui,

    Un énorme nid où vivait la colombe, une douce et si fidèle amie.

     

    Mais en regardant de plus près, le bel oiseau blanc avait disparu,

    L’animal inquiet reniflait et cherchait de partout sa muse adorée,

    Celle pour qui son cœur battait et qu’il avait su si bien protégé,

    Que c’était-il passé de si mystérieux pour qu’il n’ait rien entendu.

     

    A côté de leur arbre, le prédateur si attristé de cette disparition,

    Découvrit une plume marrons et noir, encore celle de ce faucon.

    Celui là même qui l’avait déjà soudainement emporté chez lui,

    Jaloux de cette histoire si forte et si intense qui vit entre vrais amis.

     

    Le loup savait que la belle colombe emprisonnée, reviendrait un jour,

    Car elle n’avait jamais vraiment éprouvé pour le rapace un profond amour,

    Elle recherchait seulement la chaleur, le plaisir de partageait un nid à deux,

    Le beau faucon ne savait pas, lui,  qu’il n’avait rien à craindre d’un loup si vieux.

     

     

     

    Jean François LOUBET

    « Etincelle...Albert Einstein... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :