• Mon ami, le cheval...

     

    Mon ami, le cheval...

     

    Depuis de très nombreuses années, je suis fasciné par cet animal

    Chaque rencontre avec lui, est un dialogue et un échange cordial.

    Car je le respecte, et je le considère comme un véritable ami,

    Et non, comme une vulgaire bête de somme, ou de noble compagnie,

     

    J’admire son regard, sa robe, et la couleur de son pelage,

    Je regarde sa course, et sa stature sur les verts pâturages.

    Son museau, sa tête posée, se frottant tout contre moi

    Me réchauffe, m’emplit de joie, et j’aime le sentir contre moi

     

    Je passe de long moment avec toi, au milieu de tes frères, du moment,

    Je te regarde, aimer et jouer avec tes semblables affectueusement.

    Les enfants de ton clan que tu protèges,  font partie de ta vie,

    C’est pour eux que tu cherches, avec attention,les meilleures prairies.

     

    Je parle de la plus belle conquête de l’homme dans le règne animal,

    Sauf que je parle plutôt de rencontre, et d’échange, et pas de domination.

    Le cheval est un animal si intelligent, qu’il ressent la moindre émotion,

    Je le considère comme un ami, comme un compagnon.il est mon égal.

     

    C’est sans doute pour cela, que bien souvent, je suis  autorisé à partager,

    Ces moments de semi-liberté, que l’homme lui offre, dans ma verte vallée.

    Là, tu redécouvres la vraie nature, avec ses vastes contrés, encore sauvage,

    Le long des crêtes, tu peux galoper, et admirer ces immenses paysages.

     

    Ton regard pétillant de joie, tu t’approches vers moi, doucement, sans hennir,

    Avec ton souffle, tu réchauffes mon corps mais surtout mon cœur,

    Tu sais  pourtant, qu’à un certain moment, je devrais te quitter et partir,

    Cela ne te dérange pas de t’approcher, et de montrer ton bonheur.

     

    Lorsqu’arrive, le moment tant redouté, tu n’as plus envie d’arrêter,

    Mais Je n’aime pas, aussi, ce moment inévitable de t’abandonner,

    Mais le souvenir de t’avoir rencontré, dans la montagne, en pleine liberté,

    Me permet chaque année, chaque été, de mieux pouvoir te retrouver.

     

    Jean François LOUBET

    « Nord et Sud....Paul Newman... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :