• Plus de 40 ans ont passé depuis ces années passées à Abidjan, entre 1975-1977!
     
    Mais je ne t’ai jamais oublié mon ami Kalifa!
     
    Nous n’étions tous les deux que des petits hommes en devenir, et une rencontre entre deux monde venait de se produire...Toi, un petit ivoirien et moi le fils de professeur coopérant dans ton pays!
     
    Ton père était notre gardien de notre maison et je le remercie encore d’avoir tué le serpent qui avait élu domicile dans le jardin...et toi, tu étais mon ami!
     
    Mais nous ne savions pas que dans ce monde d’adulte, des codes imbéciles et des principes coloniaux subsistaient encore au temps de la coopération!
     
    Tu vivais avec ton père dans notre garage, et je n’avais pas le droit de te faire entrer dans la maison. Je me souviens encore de la réaction de ton père lorsque j’avais pris mes couvertures pour dormir avec toi dans le garage!!!!...il ne fallait pas mais pourquoi?...nous étions amis....
     
    Je me souviens que grâce à toi j’ai pu rencontrer d’autres gamins Ivoiriens et j’ai pu être initié à la chasse aux serpents....mangé dans une gamelle à la main, sans fourchette ni couteau, et rigoler de choses simples...Tu étais mon ami....
     
    Mais malheureusement, je suis reparti pour la France et je t’ai abandonné....Mais quand on a 7 ans, on a pas le choix que de suivre ses parents...Je me rappelle encore ce dernier jour où je t’ai vu devant l’entrée de notre maison à Cocody....Je t’ai laissé tous mes jouets, et à 7 ans c’est un geste qui compte!...et j’ai surtout pleuré car je savais que plus jamais nos chemins ne se recroiseraient....
     
    Je pense encore plus de 40 ans après à toi....Mon ami, je ne saurais jamais ce que tu es devenu, ni même si tu es toujours de ce monde...mais tu resteras dans mon coeur, mon ami Kalifa....
     
    Pourquoi écrire ce texte au sujet de Kalifa BAKO plus de 40 ans après? Parmi tous ces migrants qui cherchent une vie meilleure en Europe, peut-être qu’il est là, mon ami Kalifa......
     

    votre commentaire
  • Qu'est-il advenu des Hommes vrais et engagés

    pris dans cette spirale infernale de consommation

    Ne sont-ils devenus que des agents de cette société

    Asservis et sans plus aucunes possibilités de raison.

    Qu'est-il advenu du Citoyen, épris de justice et de liberté

    Se laissant parfois amadoué sans pourtant oublié

    Le passé et l'histoire d'un pays qui fût plein de fierté

    Et qui ne s'abaissait point aux pressions de financiers.

     

    Qu'est-il advenu de ces hommes libres épris de liberté

    Qui luttaient contre l'injustice et favorisaient La Paix,

    N'existe-t-il plus de vrais citoyens libres, pour porter un rêve

    La finance aurait-elle détruit la raison et qu’enfin ne l'achève.

     

    Qu'est-il advenu de cette planète sans cesse agressée

    Tant d'animaux et d'espèces disparaissent oublièes

    Que sommes nous, pour détruire et pour consommer

    Sachant que nous détruisons l'essentiel pour exister!


    La vie n'appartient qu'à ceux qui aiment et peuvent aimer,

    Ce Monde n'a besoin que d'amour et respect pour exister,

    La vie n'est pas à un compte en banque ou un porte monnaie,

    Réaliseront -ils avant que l'irréversible ne soit consommer!

    Jean François LOUBET

     

     

     


    votre commentaire
  • Ces derniers jours ont été particuliers pour moi...Depuis quelques temps il m'a fallu engagé un combat, livrer une bataille...

    Je savais au fond de moi qu'un jour, je devrais sans doute faire face à une telle situation car je suis très loin d'être un saint dans le comportement et la vie que je mène depuis de nombreuses années...

    J'ai toujours été un homme libre et de ce fait j'ai trop souvent joué avec le feu et ainsi titillé de trop près la grande faucheuse ...Mais jamais d’aussi près en fait quoique elle aurait déjà pu m'emporter avec elle plus d'une fois au cours de ces 47 dernières années...

    Celles et ceux qui me connaissent savent sans doute le pourquoi de ce discours aujourd'hui, surtout après ces derniers moments passés à lutter contre une cochonnerie de maladie!

    Avec ces quelques lignes je m’interroge et je souhaite remercier ma bonne étoile et ma Colombe qui sont sans doute pour quelques choses dans le fait que la grande dame noire est repartie tant fois sans pouvoir n’emmener avec elle!

    Alors avec le recul et l'analyse de cette situation plus compliquée que je viens de vivre, je me pose des questions et fait un retour sur ces années passées....

    En fait je ne regrette rien car j'ai toujours été le même, je suis toujours resté authentique même dans mes excès! Je suis toujours resté fidèle à mes convictions, mes principes et ce depuis le premier jour de mon engagement en tant que militant pour La Paix et bien d'autres principes et valeurs universelles...Je grandi à chaque expérience que je vis car je rencontre à chaque fois des gens exceptionnels, je m'enrichis de toutes ces rencontres et je transmet à chaque fois mon amour pour cette Colombe....

    Pour certains et pour certaines qui ont pu me croisé dans ma vie, je reste cet homme utopique et immature car je continue à 47 ans de croire et de défendre une idée qui était chère à tant de grands hommes comme Gandhi, Mandela ou John Lennon....La Paix!

    Ma Colombe m'a sans doute plus d'une fois permis d'ouvrir des portes et rencontrer des gens extraordinaires...C'est sans doute elle aussi qui empêche la grande faucheuse de me prendre à chaque fois que je l'ai rencontré!

    Alors maintenant que je sais qu'une fois de plus la grande Dame en noir repart sans moi, je pense que je vais m'engager encore plus pour porter la parole de la Colombe...Ce qui me parait un peu normal mais je ne renoncerai jamais à être ce que je suis, un homme libre!

    Je continuerai à dire ce que je pense et à défendre les principes auxquels je crois depuis tant d'années!

    LA PAIX!

    Jean François LOUBET

     

     

     

     


    votre commentaire
  • "Existera-t-il à nouveau un instant de lucidité dans notre Humanité au point de faire réagir chaque citoyen, face aux dérives de notre Monde, si moderne et civilisé, qu'il en oublie l'Humain..."  Indien Blanc


    votre commentaire
  • "S'il y a bien un domaine dans lequel l'Homme est passé Maître, c'est celui de la Destruction et de la Haine" - Indien Blanc


    votre commentaire