• Réduction de postes dans la fonction publique...

    Le Président de <st1:personname productid="La République" w:st="on">La République</st1:personname> nous l'a répété encore récemment, il a la volonté et l’objectif avec son gouvernement de réduire à n’importe quel prix les charges de l’Etat.

     

    Alors depuis ces dernières semaines les ministres les uns après les autres, le premier ministre, nous annonce des suppressions dans les effectifs de la fonction publique.

    <o:p> </o:p>

    De plus, l’Etat va accentuer de nombreux transferts de charge vers les différentes collectivités territoriales à tous les niveaux, en augmentant leurs champs d’intervention  et de responsabilité, sans pour autant augmenter proportionnellement les dotations octroyées à ces mêmes collectivités.

    <o:p> </o:p>

    Mais ce qui, à mon avis, est un très mauvais choix, c’est la coupe effectuée dans les effectifs de l’enseignement. De l’école à l’université, des postes d’enseignants ne seront pas renouvelés ou maintenus.

    <o:p> </o:p>

    Ce qui est surprenant, c’est surtout le choix des écoles touchées par les suppressions de classes. Comme tout le monde le sait, le lieu de domicile est utilisé comme critère essentiel pour inscrire un enfant dans une école. Le choix de l’école se fait en fonction du lieu d’habitation des enfants.

    <o:p> </o:p>

    Alors que pouvons nous constater ?

     

    Les écoles qui accueillent les enfants des quartiers populaires sont les plus touchées par ces réductions d’effectif. C'est-à-dire pour être plus clair, que ce sont les enfants qui ont le plus besoin de suivi et de soutien scolaire qui seront pénalisés par ces mesures. Ainsi au lieu de favoriser dans ces quartiers populaires une meilleure intégration dans la société, on réduit les possibilités de réussite de ces enfants et de ces jeunes.

    <o:p> </o:p>

    C’est donc en gardant à l’esprit ces mesures, qu’on peut se remémorer les déclarations de notre Président de <st1:personname productid="La République" w:st="on">La République</st1:personname> lors de sa campagne électorale. Durant tous ses meetings, le chef de l’Etat n’a cessé de dire et de clamer qu’il voulait donner une chance à TOUS les français de réussir et de vivre correctement. Qu’il souhaitait donner une chance aux enfants et aux jeunes des quartiers populaires de s’en sortir et de trouver un emploi…

    <o:p> </o:p>

    Quelle incohérence !!!

    <o:p> </o:p>

    Je persiste à dire qu’il faut réadapter le fonctionnement de nos administrations, qu’il faut aussi réévaluer les besoins des administrés, affiner le service public et mieux l’adapter à notre société qui évolue.

     

    Mais je suis convaincu également que ces réajustements dans la fonction publique ne doivent pas nécessairement passer par la suppression massive de postes de fonctionnaires.

    <o:p> </o:p>

    En effet, il existe peut être des besoins nouveaux chez nos concitoyens qu'il faut évaluer et déterminer ou définir.

     

    Certains besoins existants ont peu être augmentés ou diminués. Et donc, dans un premier temps au lieu de réduire le nombre d’agents publiques, il aurait été plus sage de faire un diagnostique pour évaluer les besoins, et aussi penser à faire des mutations d’une entité publique à une autre en fonction du niveau de ces besoins par secteur.

    <o:p> </o:p>

    Ensuite le secteur de l’Education est un secteur indispensable pour former les jeunes qui seront de futurs acteurs de la société de demain, et donc portée atteinte à la qualité de leur environnement éducatif risque de fragiliser cette même société de demain.
     
    Jean François LOUBET
    « Faire ou ne rien faire...La Flamme de la honte... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :